Saint-Martin du Canigou : le trésor des Pyrénées catalanes rénové

Un chantier de rénovation des bâtiments de l’abbaye, qui avaient subi de gros dégâts, a été lancé il y a un an. Les travaux auront coûté plus d’un million d’euros, supporté par le Diocèse de Perpignan et subventionné en partie par l’Etat, les collectivités territoriales et de généreux donateurs. L’inauguration de cette première tranche qui doit redonner au site alpin tout son caractère, aura lieu le 23 septembre.
Saint-Martin du Canigou se dresse fièrement depuis dix siècles sur son éperon rocheux, au cœur du massif du Canigou (Pyrénées Orientales), montagne sacrée des Catalans, à 1 055 mètres d’altitude. Un édifice dédié à Dieu et au service des hommes et femmes qui le servent. Un ensemble architectural religieux, de style roman achevé au XIIe siècle, des plus remarquables, symbole des grands monuments catalans et fierté de tout un peuple. Aujourd’hui le monastère est classé à l’inventaire des monuments historiques nationaux. Mais à travers les époques et ses mille ans d’histoire, l’abbaye a souffert.
Les conditions géographiques et climatiques de ce site montagneux mettent les bâtiments à rude épreuve et nécessitent régulièrement des travaux de réfection. Dernièrement, l’effet conjugué du gel de la neige et de l’eau a eu raison de nombreux éléments de structure de l’abbaye, mettant en jeu la sécurité du site, des personnes qui l’habitent comme des nombreux visiteurs qui viennent contempler ce bijou patrimonial. Un vaste chantier d’entretien et de rénovation a été lancé en juin 2015 par l’évêché de Perpignan, qui a en charge la gestion du site, pour reprendre tous les éléments détruits ou menacés, l’étanchéité de toutes les terrasses, les chambres des sœurs devenues trop vétustes et délabrées. Une opération à plus d’un million d’euros supportée par le Diocèse de Perpignan, maître d’œuvre, mais qui a nécessité aussi le soutien de généreux donateurs : l’État, les collectivités territoriales, les élus, la fondation du Crédit Agricole, de la Société Générale, le cabinet d’assurances Lafont et de nombreux particuliers.
Aujourd’hui la première étape de cette cure de jouvence est achevée et sera inaugurée le 23 septembre. Pourtant, beaucoup reste encore à faire et nécessite la levée de fonds substantiels, pour que soit menée à bien une rénovation complète, respectueuse du caractère singulier et historique du site, qui puisse perdurer dans le temps et maintenir ce site d’exception à disposition de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *