L’équipe de soutien pastoral

L’Equipe de Soutien Pastoral (ESP)

1 – Définition de l’ESP

Voulue et définie par Mgr Marceau, pour porter le Projet Missionnaire Diocésain puis soutenir la mise en place du synode, l’ESP est au service de la pastorale diocésaine.

L’ESP est un organe de réflexion et d’organisation qui relaie et met en œuvre les décisions de l’évêque et de son Conseil. Elle est une articulation entre les instances diocésaines et les paroisses, les services et les mouvements. Elle veille particulièrement à ce que les orientations synodales soient comprises et mises en place sur le terrain.

Pour accomplir au mieux sa tâche, elle travaille en étroite collaboration avec le service de  communication du diocèse.

L’ESP est directement impliquée dans la pastorale par deux voies essentielles :

  • Au travers du suivi et de l’accompagnement des EAP ou autres instances liées à la pastorale comme les Conseils Pastoraux de communautés de paroisses.
1.3.1 Suivant les déterminations à venir concernant les EAP des Communautés de Paroisses et les équipes relais des doyennés, l’Equipe diocésaine de Soutien Pastoral sera chargée de promouvoir leur formation, de les aider à vérifier et à porter leur mission et de les conforter dans leurs responsabilités. De même, elle pourra intervenir comme médiation sur des situations locales avec le vicaire épiscopal  si besoin est.  (Synode diocésain 2008 ) 
  • Au travers de manifestations diocésaines ponctuelles, ou de projets diocésains sur le long terme.

Pour ce type de manifestation, l’ESP s’adjoint ponctuellement des personnes ressources ou de soutien.

  1. 3) Les membres de l’ESP

Sont appelés par le Père Evêque pour 3 ans renouvelables une fois. Ils s’engagent moralement à s’intégrer dans le projet de l’ESP, quelle que soit leur sensibilité particulière. Cela nécessite une certaine capacité à se mettre en référence, envers les responsables, et envers l’équipe.

Chaque année l’ESP fait un bilan de son engagement pastoral avec l’évêque. Chacun des membres est également appelé à faire une évaluation personnelle de l’année écoulée.

L’ESP se réunit régulièrement une fois par mois pour évaluer les projets en cours et déterminer les axes de travail prioritaires. Ensuite certains membres sont plus précisément affectés à différents projets qu’ils prennent en charge et dont ils rendent compte à l’ensemble de l’équipe. Les membres de l’ESP peuvent être référents dans différents  domaines : accompagnements des EAP, communication, liturgie, logistique…

Sur le terrain chaque membre de l’ESP veille à répercuter les choix qui ont été validés et fait le lien, si besoin, avec les curés ou responsables de service concernés par les projets.

  1. 4) Méthode de travail

Le travail en Eglise, même s’il est bénévole, implique comme tout travail, une certaine organisation, une certaine efficacité. On y répond comme l’on peut avec ce que l’on est, mais en fonction de critères communs.

Les réunions sont conduites selon un protocole défini, avec un horaire précis de début et de fin.

On commence et on termine la réunion par une prière.

Les partages et débats obéissent à des règles claires de prise de parole.

Cela nécessite que soient définis les rôles d’animation des réunions : l’animateur, le président, le secrétaire. D’autres rôles peuvent être définis selon les projets en cours.

L’ESP comprend également une part de travail pratique : logistique pour les opérations ponctuelles (répartition, pliages de tracts…), secrétariat, permanences, … Tous travaux pour lesquels elle peut demander de l’aide  à des volontaires.

5) Serviteurs et témoins

L’ESP est un lieu où s’exercent concrètement la co-responsabilité et la complémentarité : clercs/laïcs ; hommes/femmes.

Dans ce qu’ils vivent les membres sont vigilants sur les points suivants :

  • Attachement à Jésus Christ,  écoute de la Parole de Dieu, prière.

Sens de l’Eglise : il ne s’agit pas de défendre des points de vue personnels mais d’avoir le souci de l’Eglise dans son ensemble.

  • Souplesse et respect

Cela nécessite une certaine clarté des relations et la capacité à dire ou à entendre ce qui ne va pas, la capacité d’accepter les critiques, la capacité aussi, à reconnaître ce qui est beau et bon dans ce que font les autres.

Chacun veille à garder la discrétion sur ce qui est dit à l’ESP, que ce soit pour les débats internes ou pour les différentes situations qui peuvent être évoquées.

  • Attention particulière à la communication des informations entre les membres de l’équipe et avec les instances diocésaines.
  • Attention particulière à l’équilibre entre efficacité et gestion humaine des relations.

Cela entraîne la vigilance dans le don de soi : veiller à préserver l’équilibre familial, professionnel, la vie consacrée …

  • Capacité à travailler en mixité et à faire jouer les complémentarités de travail, de réflexion…
  • Une certaine joie, un certain enthousiasme à travailler ensemble pour le Seigneur. Le sens de notre responsabilité pour le diocèse. Le désir de servir et d’être témoins.

Conclusion

Appartenir à l’ESP signifie être au service, être « des articulations ».

« Les articulations dans l’Eglise comme chez les hommes, permettent au corps de fonctionner. Elles font le lien, la relation, elles sont indispensables. Elles sont très sollicitées (donc soumises à tensions). Il y a de l’humilité à être articulation. On n’est pas là pour briller mais pour que le Corps-Eglise fonctionne, puisse avoir des mouvements ordonnés. » (Eric Boone)