La Sanch

Le saviez-vous ? En Roussillon, les processions du Vendredi Saint furent  interdites dès l’annexion à la France et n’ont survécu qu’à l’abri des églises. Mais depuis les années 1950, elles revivent au grand jour. Aujourd’hui, on est frappé par le nombre des jeunes qui y participent .
Visionner le diaporama de la procession de la Sanch Vendredi Saint à Perpignan (2015)

Découvrir l’histoire de l’Archiconfrérie de la Sanch

10sanch_jeunesD’où viennent-ils ?
De mouvements de jeunes mais aussi de paroisses voisines de Perpignan.
Qu’est-ce qui les motive ?
Comme leurs aînés, ils participent à une tradition maintenant solidement établie. Mais ils ont conscience de mettre leurs pas dans ceux du Christ souffrant.
Quelle meilleure façon de vivre les heures dramatiques de Vendredi Saint qu’en marchant à la suite du Christ ?
Quelle meilleure manière de témoigner aux touristes ou aux curieux de leur solidarité avec Celui qui nous porte et nous délivre ?
Nouveaux Simons de Cyrène, ou Véroniques essuyant le visage du Sauveur, ils apportent une fraîcheur dont nous avons besoin.
Sanch_1
christ_ille
Le  matin de Pâques, les processions du Ressuscité sont une tradition proprement catalane. Nos ancêtres ont pressenti que le Christ , à peine sorti du tombeau, n’avait pu faire autrement que de se manifester à sa mère, dès les premières lueurs de l’aube. Cette commémoration est magnifiquement célébrée à Ille sur Têt. Cent -vingt chanteurs de cette petite ville interprètent à la perfection des Regina Coeli  d’auteurs catalans. Après une procession qui dure une bonne heure, entrecoupée de concerts, les statues du Christ et de sa mère sont triomphalement introduites dans l’église paroissiale. Un grand moment à vivre et à partager ! C’est peut-être la meilleure façon de célébrer le Ressuscité dans une joie légère.